Présentation

L’AMPI souhaite à travers ce film combler ce déficit d’image et de connaissance chez tous les martiniquais, afin qu’ils soient fiers de leurs industries, fiers de la domiciliation des emplois sur notre territoire, fiers de constater que nos produits fabriqués localement n’ont rien à envier à la plupart de ceux qui sont importés. Puisse un maximum de martiniquais prendre conscience après avoir visionné ce film, que l’avenir du développement économique de leur île est entre leurs mains ! C’est le vœu le plus cher que formulent les 138 adhérents de l’AMPI.
Pierre Marie-Joseph, Président de l'AMPI

Une industrie que l’on connait bien souvent de manière parcellaire, à travers certaines marques souvent présentes dans l’agro-alimentaire, mais dont on ignore l’étendue des secteurs et des gammes de produits conçus et fabriqués


Réalisation THT PROD

Réalisation THT PROD Thierry Toumson, réalisateur Nicolas Bourguignon, images et post-production

Tournage

Tournage réalisé à la Martinique du 22 au 26 octobre puis du 8 au 10 novembre 2012, dont le survol durant 2h de l’ile le 24 octobre.

Equipe projet film AMPI :

Composition :
Pierre Marie-Joseph : président de l’AMPI, président de GPMJ
Charles Larcher : vice-président et président de la commission communication de l’AMPI, directeur de Chocolat ELOT, biscuiterie GIRARD et Héritiers H.CLEMENT
Richard Crestor : secrétaire général de l’AMPI
Yannick de Rozan : chargée administrative et comptable de L'AMPI

Ainsi que les autres membres du comité directeur de l’AMPI :
Stephane Abramovici, directeur des SABLIERES DE FOND CANONVILLE
Michel Bellemarre, directeur général de Biométal
Alex Bilas, directeur de COMIA

Josiane Capron, directrice Sacherie CAPRON
Alex Dormoy, directeur de PROCHIMIE
Marylin Exelis, directrice de ARTI
Edouard Klein, directeur de la SCIC
Alain Marraud des Grottes, vice-président de l’AMPI, direction des achats - groupe ANTILLES GLACES,
Henri Roche, trésorier de l’AMPI, et chargé de mission auprès de la direction de la SARA,
Hervé Toussay, vice-président de l’AMPI, directeur de La TIVOLIENNE, président du Comité Stratégique Régional de l’Innovation 2012-2013

Coordination :
Claude Titina, chargée de mission auprès du Président de L'AMPI

Remerciements

Mille mercis à nouveau à celles et ceux qui ont accepté de témoigner dans ce film  et qui ont pu se libérer parfois en moins de 24h :

Par ordre alphabétique :
Stephane Abramovici (Sablières de Fond Canonville), Agnès Beyer (Martinique Recyclage), Josiane Capron (Sacherie Capron), Gilles Charles-Nicolas (Somes), Hughues Commerot (Caraïbe Roto Diffusion), Tanneguy Descazeaud (Sara), Alex Dormoy (Prochimie), Nicolas Etilé (Entp), Azurel (Philippe Jost), Charles Larcher (Rhum Clément, Chocolat Elot, biscuiterie Girard), Jean-Claude Marie (La Poterie des Trois ilets), Kevin Marie-Joseph (Générale de Menuiserie), Marcel Osenat (Comia), Pierre Marie-Joseph (Gpmj), Steeve Parfait (Socomi), Pierre Quaranta (Biometal), Philippe Vourch (Denel), Jean-Baptiste Janique de Waubert (Abadie) et bien évidemment Bernard Hayot (Gbh), Premier Président-fondateur de l’AMPI.

Mille mercis également à l’ensemble des adhérents de l’AMPI qui ont tous fortement soutenu ce projet.
Téléchargez la liste des adhérents

Remerciements à Pierre-Yves Bernus, pilote d’hélicoptère de la compagnie HeliBlue, pour le survol de la Martinique qui a permis de réaliser de magnifiques images de la Martinique industrielle vue du ciel.


Les coulisses

(par Claude TITINA – Extraits de l’article paru dans le magazine PIL n°10 – déc. 2012)

M. Thierry Toumson, réalisateur - THT PROD

La rencontre avec Thierry Toumson : une heureuse coïncidence

Début septembre 2012, Thierry Toumson était venu présenter à Richard Crestor, Secrétaire Général de l’AMPI, son projet AGRO DOM : une série de documentaires mensuels de 26 mn sur les filières agricoles et agroalimentaires de l’amont à l’aval, pour lequel il recherchait alors des financements et devant être diffusés dans le courant de l’année 2013 sur Martinique Première. Après avoir visionné la maquette de ses productions, dont le magazine mensuel sur le handicap « Papillon volé » qui passe sur Martinique et Guadeloupe 1ère et dont il en en était au numéro 27, il nous a semblé judicieux qu’il fasse partie de notre appel à propositions pour la réalisation du film institutionnel de l’AMPI.

M. Nicolas Bourguignon, images & post
production - THT PROD

Un briefing clair et précis, un comité de pilotage enthousiaste et hyper impliqué…

Le Comité Directeur de l’AMPI ayant statué fin septembre sur le principe de faire réaliser un film d’une douzaine de minutes à l’occasion des 40 ans de l’AMPI, un comité de pilotage fut constitué par le Président de l’AMPI. Autour de moi, Charles Larcher, vice-président de l’AMPI et président de la commission Communication, Richard Crestor, Secrétaire Général, Yannick de Rozan et le Président lui-même, bien évidemment, nous appelant régulièrement afin de faire un point et valider nos points d’étape. Nous avons eu plusieurs échanges informels qui m’ont permis de rédiger une première note de briefing très exhaustive, qui fut ensuite enrichie, puis remise à l’ensemble des sociétés de production consultées. Ma longue carrière dans l’Hexagone dans le marketing et la communication m’a amenée à co-piloter plus d’une quinzaine de projets de films institutionnels. J’ai retiré de ces expériences une profonde conviction : plus le briefing est clair, cadré, complet et précis, plus les chances de réussite du projet sont importantes. Dans notre cas, le comité de pilotage fut très fécond et très impliqué sur toutes les étapes de la réalisation du film jusqu’au générique de fin.

Des objectifs ambitieux… dans un délai serré (19 jours)

• Film de 8’, 10 à 12’ (maximum) - attractif, dynamique, enlevé, présentant les principaux aspects de l’industrie locale, porteur d’espoir, qui doit obtenir l’adhésion spontanée de nos adhérents, plus largement du grand public et générer un sentiment de fierté par rapport à l’industrie martiniquaise.
• Quelques mots-clés (figurant dans le briefing) : savoir-faire spécifiques, qualité (labels), modernité, innovation versus caractéristiques climatiques et habitudes de consommation, adaptation, défis, confiance, emplois, métiers, filières, jeunes, sécurité, respect des contraintes environnementales/ développement durable (certification), avenir, export, rythme, ouverture…

La zone industrielle de la Semair au Robert

Le choix unanime du réalisateur grâce à son coup de génie : un survol de 2h de l’île en hélicoptère

Au-delà de son enthousiasme autour de notre projet, du budget raisonnable eu égard à notre brief, notre choix s’est porté assez rapidement sur sa proposition. La perspective d’avoir des images de la Martinique industrielle vue du ciel nous a beaucoup séduits. Dès lors, le 17 octobre, nous avons informé nos adhérents de notre démarche et de la tenue des premiers jours de tournage autour du 25 octobre, puis du 5 au 7 novembre.

Une préparation très minutieuse du tournage en amont

• Elaboration du plan détaillé de vol de l’hélicoptère, tenant compte de la localisation d’un maximum de nos adhérents et de leur diversité, avec quelques clins d’oeil à certains d’entre eux et à certains de nos partenaires, réalisés à partir de Google Map. Volonté de montrer certains sites remarquables identifiant particulièrement la Martinique.
• Choix d’un pilote d’hélicoptère, Pierre-Yves Bernus d’Héliblue, connaissant parfaitement la localisation des sites choisis afin de faciliter les prises de vues aux bons endroits.
• Demande d’autorisation de prise de vues aériennes au Préfet de Région pour certains sites stratégiques. Information au préalable du Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie.
• Pré-sélection très précise des entreprises filmées à terre effectuée parmi nos 135 adhérents par le comité de pilotage et amendée, puis validée par le Président Pierre Marie- Joseph suivant un certain nombre de critères répertoriés dans notre brief : répartition géographique et sectorielle, sexe et âge, taille et nombre de salariés de l’entreprise, caractère innovant, taux d’export, respect de l’environnement… L’examen des 9 numéros du magazine PIL nous a été très précieux ainsi qu’au réalisateur dont ce fut la bible.
• Prise de rendez-vous par nos soins. J’en profite pour les remercier pour leur immense réactivité, leur disponibilité et la compréhension dont ils ont fait preuve lorsque des retards dûs aux embouteillages, à l’enthousiasme de certains ou encore à d’autres impondérables nous ont obligés parfois à décaler certains rendez-vous, voire à en annuler d’autres à regret. Qu’ils nous pardonnent. Nous avons eu des surprises très agréables lorsque certaines de nos demandes semblaient vaines et se sont soldées par un succès in fine ! Nous avons eu des déceptions également, n’ayant pas réussi à interviewer la directrice générale d’EDF Martinique pour des raisons d’agenda. Mille mercis à nouveau à celles et ceux qui ont pu se libérer parfois en moins de 24h libérer parfois en moins de 24h (Stéphane Abramovici, Agnès Beyer, Josiane Capron, Gilles Charles-Nicolas, Hughues Commerot, Tanneguy Descazeaud, Alex Dormoy, Nicolas Etilé, Bernard Hayot, Philippe Jost, Charles Larcher, Jean-Claude Marie, Kevin Marie-Joseph, Marcel Osenat, Steeve Parfait, Pierre Quaranta, Philippe Vourch, Jean-Baptiste Janique de Waubert).

La zone industrielle de la Semair au Robert

Un plan de vol presque suivi totalement en dépit d’une météo quelque peu nuageuse…

Les sites survolés ont donc été successivement, outre ceux cités ci-dessus :
• La distillerie TROIS RIVIERES avec son moulin, la POTERIE DES TROIS-ILETS,
• La zone industrielle de Rivière-Salée avec en particulier l’usine GENERALE DE MENUISERIE (clin d’oeil à l’entreprise du Président de l’AMPI)
• Puis direction le Robert – Vert Pré avec la Yaourterie SNYL, la BRASSERIE LORRAINE
• La zone d’activités de la SEMAIR (clin d’oeil à un des Présidents de l’AMPI, Bernard Petitjean-Roget qui fut le concepteur de cette zone d’activité 100 % dédiée à l’industrie) avec BIOMETAL et la dizaine d’adhérents qui y siègent : ANTILLES PROCESSING, KINI, CHIPSO, SOCARIZ, SAPY, SNYL, ARMATURES DES ANTILLES, MAVM, ENTP, GRAVILLONORD, LE VILLAIN, SIMA….
• Cap sur Trinité avec l’usine du Galion, puis les champs de canne de l’Habitation Saint-Etienne, et l’usine SOMES (Chanflor) au Morne-Rouge
• Les carrières des SABLIERES DE FOND CANONVILLE à Saint-Pierre
• Le survol de la Distillerie NEISSON, puis celui (rapide) des deux centrales EDF de Bellefontaine, la zone de Schœlcher puis de Fort-de-France, celle de la Jambette, puis de la Lézarde en passant par l’échangeur de l’autoroute pour ensuite retourner au point de départ, au parking de stationnement d’Héliblue à l’aéroport.

La Brasserie Lorraine

Le texte lu par la voix off, le montage, la musique et le générique de fin : des petits détails en apparence… seulement…

L’AMPI a validé le texte de la voix off et le déroulé du montage proposés judicieusement par Thierry Toumson, ce qui a nécessité de nombreux appels, visionnages et mails les deux premiers week-ends de novembre. Dès le visionnage des premières images aériennes, nous avons compris qu’il ne fallait pas s’en priver et avons validé le principe que le film in fine dure 15 minutes, soit 3 mn de plus que prévu. C’est au cours de l’un de nos échanges que nous avons découvert la voix off et la musique auxquelles nous avons spontanément adhéré du premier coup ! Lorsque Thierry Toumson nous demanda la liste des personnes à remercier pour leur participation à ce film, il nous est apparu que le film étant le fruit d’un travail collectif avant tout centré et porté par nos adhérents, qu’il fallait qu’ils figurent tous à son générique, répertoriés par secteur en considérant que les vrais acteurs de ce film sur l’industrie étaient les industriels tous ensemble, eux-mêmes. Nous avons ainsi beaucoup apprécié que la vice-présidente du Conseil Régional, Madame Catherine Conconne ait commencé son discours en faisant référence à ce générique de fin et en relevant « comment cette longue liste d’entreprises et la diversité des secteurs d’activité représentés exprimaient à eux seuls la force et la richesse de notre industrie locale ».

La zone portuaire de Fort-de-France

Un film qui a vocation à être très largement diffusé...

Il intéresse indéniablement les télévisions… Nous avons d’ores et déjà reçu de nombreux appuis d’élus et de membres de l’Académie de Martinique afin qu’il soit diffusé le plus largement possible. C’est ainsi qu’il l’a été au Lycée de Bellevue dès le samedi 19 janvier 2013 lors de la Journée « Osons l’excellence », dont l’AMPI est partenaire. De même, lors de la cérémonie de lancement de la semaine de l’industrie, le 18 mars dernier, le Président de l’AMPI a remis solennellement au Recteur de l’Académie de Martinique 76 clés USB contenant le film destinées aux 27 lycées et 49 collèges publics et privés afin que les 19 000 lycéens et 23 000 collégiens puissent le voir et en débattre au sein de leurs établissements, en présence d’adhérents de l’AMPI. La même démarche sera effectuée auprès de la présidente de l’UAG (Facultés de Martinique) et du Président de la Chambre de Commerce et d’industrie (EGC et CFA gérés par la CCIM). Par ailleurs, outre nos adhérents, partenaires et parlementaires nationaux et européens, fonctionnaires de la Commission européenne et du Ministère de l’outre-mer qui le recevront, nous ferons en sorte que le grand public puisse visionner le film à partir de nombreux canaux via internet, les réseaux sociaux, les sites internet de partenaires, etc...


Témoignages

Crédit photos : Jean-Marc Etifier, Gérard Germain


Qui fabrique quoi ?

Chaque jour, c'est avec passion que les 138 chefs d'entreprises industrielles martiniquaises de l'AMPI et leurs 4400 salariés conçoivent, fabriquent et commercialisent d'innombrables produits et services industriels dans 8 secteurs d'activités.


Contact

Contactez-nous

Donnez-nous votre avis sur le film

*Champs obligatoires